Les Années folles : débridées, trépidantes et incroyablement innovantes

Aujourd’hui encore, les Années folles restent le symbole de la recherche du plaisir et de la frénésie de vivre. Or, au début des années 1920, le monde est face à un champ de ruines. La Première Guerre mondiale (1914-1918) vient de s’achever, la quarantaine de pays impliqués ne comptent plus leurs pertes, leurs morts et leurs blessés. Toute une génération d’hommes jeunes a été éliminée ou traumatisée. Peut-être que ce sont ce mal-être généralisé et le sentiment de n’avoir plus rien à perdre qui ont engendré ce phénoménal élan de renouveau et de bouleversement ? Toujours est-il que les années 1920, rythmées par les cadences folles et les notes de trompette entêtantes, sont aussi une décennie de découvertes majeures.

Montres : Protection du balancier de la montre contre les chocs

En 1790 Abraham Louis Breguet invente le pare-chute (ou parechute). Ce système consiste à donner aux pivots du balancier la forme d’un cône et les maintenir en place par une petite coupelle de forme correspondante, montée sur une lame de ressort. Les « Perpétuelles » en seront équipées vers 1792, puis peu à peu le reste de sa production. Dans une montre, le système antichoc vise à protéger les pivots du balancier, particulièrement vulnérables en raison de leur finesse.
Aucune avancée fondamentale n’est à signaler pendant le 19e siècle. Cependant la problématique de l’antichoc revient sur le devant de la scène avec le développement de la montre-bracelet, constamment exposée aux coups, contrairement à la montre de poche qui restait protégée par les habits du porteur. Plusieurs inventions sont brevetées pendant les années 1920 sans qu’aucun système ne prenne le pas sur les autres.
Jusqu’à ce que Fritz Marti, directeur technique de la fabrique Porte-Echappement Universel SA (rebaptisée Portescap SA par la suite), invente l’Incabloc® en 1933 (brevet suisse n°168494), suivi de deux autres brevets en 1937. L’amortisseur de chocs est basé sur un microscopique ressort en acier en forme de lyre. Associé à un double cône de guidage, ce ressort permet au support du balancier de glisser jusqu’à la retenue formée par le ressort, et de revenir à sa place après le choc, guidé par la lyre. Le pivot ne se déplace pas par rapport au rubis, c’est l’ensemble qui est libre de bouger dans la retenue du ressort.
Produit en série dès juin 1933, l’Incabloc® sera introduit dans les montres de la Société des Montres West End SA dès 1934. Aujourd’hui l’Incabloc® reste encore une référence absolue.
D'autres systèmes antichocs existent : « Etachoc » produit par ETA, « Kif » produit par KIF Parechoc SA, « Diashock » produit par Seiko, ou encore « Parashock » produit par Citizen.
Tous ces systèmes ont pour objectif la résistance aux chocs des montres-bracelet selon les normes SN 289 130, SN 289 320 et ISO 1413.

Sources : Dominique Fléchon, La conquête du temps, 2011 ; Wikipédia ; www.incabloc.ch

Médecine : la découverte de la pénicilline

En septembre 1928, le bactériologiste écossais Alexander Fleming découvre par hasard dans son laboratoire qu’une moisissure a un effet inhibiteur sur la croissance de cultures de staphylocoques oubliées. Des recherches supplémentaires permettront par la suite de mettre au point l’antibiotique « pénicilline », qui va considérablement augmenter l’espérance de vie des hommes. Pour sa découverte, Fleming sera récompensé en 1945, avec Howard Walter Florey et Ernst Boris Chain qui ont poursuivi ses recherches, par le prix Nobel « pour la découverte de la pénicilline et de ses effets curatifs dans plusieurs maladies infectieuses ».

La normalisation fait un travail précieux dans le domaine des équipements et des appareils de laboratoire en rendant les différents instruments et matériels compatibles entre eux et en permettant ainsi des processus efficaces. L’introduction de couleurs et de raccords de tuyaux à gaz normalisés, par exemple, garantit que les anesthésistes ne confondent pas le protoxyde d’azote, l’oxygène et l’azote.

Physique : Albert Einstein reçoit le prix Nobel

Parce que le jeune Allemand Albert Einstein souhaite étudier à l’actuelle EPF de Zurich, il déménage à 17 ans à Aarau où il rattrape sa maturité puis suit des études validées par un diplôme de professeur de mathématiques et physique. Imagine-t-il alors qu’il sera considéré un jour comme le scientifique le plus célèbre de l’époque moderne ? Son parcours le mène, via divers travaux de recherche et publications, à l’Office des brevets de Berne puis à l’enseignement dans plusieurs universités. En décembre 1922, Albert Einstein est récompensé par le prix Nobel « pour sa contribution à la physique théorique, et plus précisément sa découverte de la loi de l’effet photoélectrique ».

Sources : Wikipédia, Stern.de, The Board of Trustees of the Science Museum (Penicillin), ABB

La normalisation aide les inventions à percer

Charleston

Des jeunes femmes en jupe courte dansent au rythme trépidant du Charleston jusqu’au bout de la nuit.

Travail à la chaîne

C’est la standardisation d’éléments de machine qui a rendu possible la production en série et le travail à la chaîne.

Gucci

A Florence, le maître sellier Guccio Gucci fonde un petit atelier d’articles en cuir et de bagages.

Charles Lindbergh

Charles Lindbergh accède à la renommée mondiale avec sa traversée de l’Atlantique entre New York et Paris.

Téléviseur

Seul un échange de données normalisé permet la transmission d’informations visuelles. La première norme relative à la télévision a été définie en Allemagne en 1929.

Fermetures à glissière

Riri lance les premières fermetures à glissière produites en série sur le marché. Aujourd’hui, grâce à la norme EN 16732, les fermetures à glissière peuvent être testées de manière harmonisée.

ABB

La société BBC (actuellement ABB) est chargée de construire la plus grande installation de machines du monde à New York.

Quel lien y a-t-il entre l’innovation et les normes ?

La normalisation peut agir comme un catalyseur d’innovations et aider à établir durablement des solutions sur le marché. Il peut être décisif pour le succès sur le marché d’intégrer des aspects d’une innovation dans la normalisation, dans le but de préparer le marché aux innovations. En particulier, les innovations qui vont au-delà des branches et des chaînes de création de valeur, gagnent de plus en plus d’importance.

SI_Pfeil_recht_weiss
Veuillez additionner 1 et 2.

Nous traitons vos données de manière confidentielle et nous les utilisons uniquement pour répondre à votre demande. Vous trouverez des informations sur la manière dont nous traitons vos données dans notre Déclaration de confidentialité.

Retour en haut
Langues disponibles