Histoire SNV #1 : Mammut Sports Group AG

Les alpinistes sont une grande famille – en montagne et dans le domaine de la normalisation

L’histoire à succès de Mammut commence il y a plus de 155 ans en Argovie, lorsque Kaspar Tanner fonde la société Seilwarenfabrik Lenzburg et livre en premier lieu les exploitations agricoles. Néanmoins, les cordes de montagne actuelles, qui sont fabriquées avec des matériaux de haute qualité, n’ont plus grand-chose à voir avec les fils de chanvre de l’époque. Outre les cordes, Mammut propose aujourd’hui d’autres équipements ainsi que des chaussures et vêtements. Populaire dans le monde entier, la marque produit dans le respect des normes internationales. En tant que partenaire de longue date de la SNV Association Suisse de Normalisation, Mammut participe également de manière active au travail de normalisation.

Source de l’image : Mammut Sports Group AG

Soulever des montagnes depuis la petite commune de Seon
La commune compte un peu plus de 5000 habitants et abrite une véritable perle suisse qui lance chaque année deux collections d’articles outdoor de première classe pour les « fans de la montagne » et qui fait même parmi des leaders mondiaux dans deux catégories de produits : les cordes de montagne et l’équipement de sécurité d’avalanche. Aujourd’hui, les cordes sont produites en Tchéquie avant d’être comme toujours contrôlées sous toutes les coutures au siège principal à Seon. A cet égard, la marque suisse Premium s’impose elle-même des normes de qualité et de durabilité rigoureuses. Cela fait déjà longtemps que Mammut a reconnu que la normalisation est une affaire de chef ayant un enjeu stratégique et non un poste de charges dans le compte de résultat.

Les normes comme facteur de réussite
Le développement d’un produit n’a pas toujours lieu précisément comme décrit dans un manuel. « Les normes apportent de l’ordre dans le chaos créatif. Grâce aux normes, nous savons dans quel cadre nous pouvons nous déplacer. Elles nous offrent la même sécurité que la corde à un alpiniste », déclare André von Rotz. Cet ingénieur et alpiniste passionné fait partie de la famille Mammut depuis près de dix ans et occupe aujourd’hui le poste de responsable d’équipe Product Risk and Safety, Quality Management and Stewardship.

Concernant l’interaction entre les normes et le développement de produits, il est essentiel de savoir s’il s’agit d’une amélioration de produit ou d’une innovation. Dans le dernier cas, on démarre ex nihilo et définit les normes parallèlement au produit. Cela permet d’économiser du temps et de ne pas se limiter. Dans le cas d’une optimisation produit qui tombe dans une norme existante, celle-ci peut se transformer en un corset étriqué et provoquer un retard. Si les anciennes normes ne correspondent pas exactement aux nouveaux produits développés, alors le label de sécurité n’est pas octroyé. Paradoxalement, il se peut donc que l’on ait mis sur pied un produit qui peut sauver des vies mais qui n’a pas encore été autorisé à la vente. André von Rotz cite l’exemple d’une nouvelle corde de montagne présentant une excellente résistance aux arêtes vives qui attend impatiemment de conquérir le marché et de sauver la vie d’alpinistes. Néanmoins, Mammut et les concurrents proposant un produit semblable sont optimistes : ils sont en effet convaincus que la norme sera adaptée prochainement et qu’elle intégrera les nouvelles caractéristiques du produit. Une raison de plus pour laquelle Mammut préfère influer sur les normes par le biais de la SNV Association Suisse de Normalisation plutôt que de subir l’influence des autres.

Dans le laboratoire de tests, des mètres de cordes de montagne sont détruits chaque jour afin d’exclure d’éventuelles faiblesses ou divergences par rapport aux normes. (Source : Mammut Sports Group AG)

Les normes ne suffisent pas à ceux qui veulent gravir les sommets en toute sécurité
Mammut ne s’appuie pas seulement sur les normes européennes strictes mais s’impose également d’autres exigences. Le contrôle classique des normes en laboratoire se base en majeure partie sur des critères individuels comme par exemple la résistance à la déchirure. Mammut va plus loin et contrôle de plus la praticabilité des articles en plein air. Par exemple, lors d’un parcours d’escalade, une corde soumise pendant des heures à de forts rayons ultraviolets sur une paroi sud sera mise à rude épreuve. En cas de froid extrême en revanche, elle ne devra présenter aucune restriction fonctionnelle et devra immédiatement offrir une protection optimale en cas de chute imminente. C’est pourquoi Mammut procède, en plus des tests en laboratoire méticuleux, à des tests en plein air durant deux jours pour chaque nouvelle collection. Toutefois, il n’existe pas pour cela de montagne Mammut, mais, selon l’organisation des tests, le terrain adéquat qui ne cesse d’être exploré de nouveau. Mammut réalise ces journées pratiques avec des athlètes et utilisateurs pilotes. L’entreprise s’est également fixée pour objectif d’anticiper les cas d’usage inapproprié par des utilisateurs peu expérimentés et d’éviter ainsi les chutes inutiles. La protection des alpinistes n’est pas un concept vide de sens dans un document stratégique mais une vocation vécue quotidiennement.

La sécurité à la montagne est un thème global
André von Rotz est représentant de Mammut et expert SNV au sein du comité de normalisation CEN/TC 136/WG 5 « Mountaineering and climbing equipment ». Ce groupe de travail a vu le jour dans les années 1990 sous l’égide du Comité Européen de Normalisation (CEN).

Le développement des normes pour le sport de montagne est étroitement lié à l’histoire de l’alpinisme. Dès 1864, The Alpine Club définit en Grande-Bretagne la première norme pour les cordes d’alpinisme. En 1932, l’Union Internationale des Associations d’Alpinisme (UIAA) reprend la responsabilité de la normalisation. A l’heure actuelle, il existe plus de 2000 labels de sécurité UIAA pour plus de 70 fabricants.

Le guide de haute montagne Denis Pivot est aujourd’hui à la tête de ce groupe de travail, qui compte 54 experts issus de 12 pays. (Source : cen.eu/Climb mountains safely, thanks to EN 893:2019! ). Chaque année a lieu une conférence internationale visant à échanger les points de vue et à perfectionner les normes. Certes, la conférence n’a pas lieu directement au sommet de la montagne, mais il n’est pas rare que l’on se retrouve au pied de la montagne pour un tour d’escalade commun après le travail très intellectuel. Pour tous les experts travaillant dans le domaine de la normalisation, il est frappant de constater la collégialité au sein de ce groupe de travail ainsi que le respect entre les concurrents. On sent que l’on poursuit un objectif supérieur et que l’on ne s’adonne pas simplement à un sport bureaucratique. Chaque décision prise pourrait même un jour sauver la vie d’un codécideur ou de l’un de ses amis.

Parfois, la vie ne tient littéralement qu’à un fil
Jetons de nouveau un dernier coup d’œil dans le laboratoire de tests de Mammut. Chaque jour, des spécialistes y testent des kilomètres de cordes de montagne, avec une curiosité infinie et un enthousiasme sans faille. Mammut dispose d’un équipement moderne et l’un des bijoux est la Drop Tower, une installation de chute aménagée sur plusieurs étages. Une masse tombante de 80 kilogrammes simulant un alpiniste permet de contrôler si la corde offre toujours la protection nécessaire en cas de chute de cinq mètres. Mais seulement un test n’est pas un test. Les répétitions sont importantes dans le laboratoire de tests. Des doigts en métal fictifs effectuent par exemple ce travail lors du test d’endurance du mousqueton et appuient des milliers de fois sur le bras de fermeture mobile. Etant donné que la plupart des collaborateurs Mammut se déplacent eux aussi en montagne, ils savent à quel point un fonctionnement parfait est important. La documentation complète et systématique de tous les essais est également essentielle pour satisfaire aux normes.

La Drop Tower simule la chute d’un alpiniste de 80 kilogrammes. (Source : Mammut Sports Group AG)

Loisir, travail, passion et obligation
Une chose qui saute aux yeux chez Mammut est qu’un grand nombre de collaborateurs ont fait de leur loisir leur métier et que les limites entre supérieurs hiérarchiques et amis grimpeurs s’estompent. « Durant mes longues années de travail chez Mammut, j’ai habité en collocation avec déjà trois de mes supérieurs. Cela dit tout sur nos relations respectueuses et collégiales », complète André von Rotz. Mammut offre des modèles de travail flexibles afin que l’appel de la montagne puisse être combiné à l’appel du travail. Pour les collaborateurs, la tenue Mammut n’est pas un uniforme mais elle fait partie de la philosophie de vie – au bureau, à la montagne et durant le temps libre. Actuellement, l’entreprise est particulièrement fière de sa propre collection Mammut Eiger Extreme, grâce à laquelle même les températures de jusqu’à –40 degrés ne sont pas un obstacle aux sorties. Toutefois, l’objectif premier est et reste la protection et la motivation des sympathisants, c’est-à-dire des alpinistes.

«Swiss 1862»

Fondée en 1862, Mammut est une entreprise suisse d’équipement outdoor qui propose aux amateurs d’alpinisme du monde entier des produits de haute qualité et des expériences de marque hors du commun. Depuis plus de 155 ans, la marque Premium leader sur le marché international est synonyme de sécurité et d’innovation porteuse d’avenir. Les produits Mammut combinent fonctionnalité et performances à un design moderne. Grâce à la combinaison d’équipement, de chaussures et de vêtements, Mammut offre l’une des gammes les plus complètes du marché outdoor. Mammut Sports Group AG est présente dans près de 40 pays et occupe près de 900 collaborateurs. (Source : conzzeta.com )

André von Rotz

André von Rotz est expert SNV au sein du comité de normalisation CEN/TC 136/WG 5 « Mountaineering and climbing equipment ». Depuis près de dix ans, il est fidèle à Mammut Sports Group AG et dans le cadre de son poste actuel de responsable d’équipe Product Risk and Safety, Quality Management and Stewardship, il est chargé du respect des normes. Il est ingénieur diplômé pour la construction de machines, gestionnaire de brevets, expert EPI et IRATA Rope Access Technician. Durant son temps libre, il gravit sans cesse de nouveaux sommets et s’engage entre autres dans les deux associations suivantes :

  • Vitamin Berg permet aux personnes souffrant d’un handicap mental de découvrir la beauté de l’alpinisme.
  • L'association Rebolting assainit les itinéraires d’escalade existants en utilisant des équipements normalisés.

André von Rotz

« Il est essentiel de fournir un travail précis au sein du comité de normalisation. Dans le cas contraire, on pâtira de ses propres décisions plus tard dans le laboratoire de tests. »

Plus d’informations sur Mammut Sports Group AG

sur Youtube

sur Instagram

Plus d’informations

SI_Pfeil_recht_weiss
Veuillez additionner 8 et 9.

Nous traitons vos données de manière confidentielle et nous les utilisons uniquement pour répondre à votre demande. Vous trouverez des informations sur la manière dont nous traitons vos données dans notre Déclaration de confidentialité.

Retour en haut
Langues disponibles