• SNV
  • Histoire 11

Histoire SNV #11 : Balthasar

Les bougies, véritables compagnons de vie

La société Balthasar est le plus grand fabricant et distributeur de bougies de Suisse. Tout commence en 1939 par des produits de beauté, notamment de l’eau de Cologne et de la lotion capillaire. Le fondateur, Theo Balthasar, récolte alors lui-même la sève de bouleau qui entre dans la composition de la célèbre lotion capillaire au bouleau. La demande pour d’autres produits tels que les rouges à lèvres, vernis à ongles, poudres, crèmes, produits pour le bain et shampooings ne cesse de s’intensifier, entraînant une diversification de la gamme. Mais revenons à nos bougies. Balthasar est depuis longtemps membre de la SNV Association Suisse de Normalisation. Le travail de normalisation contribue, entre autres, à garantir le respect des exigences de sécurité liées aux bougies.

Disponibles partout, peu connues
Après la guerre, Gottlieb Duttweiler, fondateur de Migros, prend contact en personne avec Balthasar et lui demande de produire des bougies pour Migros. Sa formule gagnante on ne peut plus simple – les cosmétiques contiennent de la paraffine, les bougies contiennent de la paraffine – lui fait penser que la fabrication de bougies ne doit pas être si compliquée que cela. Bien que la société Balthasar soit en terrain connu avec ce composant, elle ne dispose pas d’un quelconque savoir-faire en matière de bougies. L’offre est néanmoins trop alléchante pour être refusée. L’affaire est conclue et M. Duttweiler accorde quelques mois à l’entreprise pour lui livrer des articles correspondant à la qualité escomptée. A l’époque, la faillite d’une fabrique de bougies en Suisse centrale joue en faveur de Balthasar. L’infrastructure et un responsable de production expérimenté sont donc rapidement trouvés. Les bougies sont livrées avec succès et, aujourd’hui encore, Balthasar est le plus grand fabricant et distributeur de bougies en Suisse. L’entreprise approvisionne tous les principaux détaillants, que ce soit pour des marques de distributeur ou ses propres produits. En tant que consommateur, comment savoir qu’une marque de distributeur cache en réalité une bougie Balthasar ? Rien de plus simple : « Les labels Swiss Made et RAL présents sur l’emballage sont gages d’une qualité que seule l’entreprise Balthasar peut fournir », explique Alain Balthasar.

Sous-produit pour le bien-être
L’extraction du pétrole génère la production du gatsch de paraffine. En faisant passer ce dernier par un processus de déshuilage supplémentaire, on obtient d’abord de la paraffine brute, puis, avec un raffinage supplémentaire, de la paraffine et de l’huile de paraffine, qui peut p. ex. entrer dans la composition de lubrifiants de qualité ou de la vaseline. La paraffine est une matière première optimale pour la production de bougies : elle est combustible, inodore, sans goût, atoxique, hydrophobe et bien plus encore. Le marché connaît actuellement une pénurie de paraffine et les prix ont donc flambé. Si aucun combustible et, comme cela est le cas actuellement, de moins grands volumes de kérosène sont produits pour l’industrie aéronautique, les quantités de sous-produits seront elles aussi réduites. Les éventuelles alternatives incluent l’huile de palme, le soja, le colza ou les déchets alimentaires. Chaque matière première présente des avantages et des inconvénients qui lui sont propres. « Avec Balthasar Green, nous avons développé une ligne de produits qui utilise de la stéarine 100 % naturelle, principalement composée de matières premières naturelles renouvelables. Toutes les bougies de la ligne Balthasar Green arborent l’écolabel scandinave Nordic Ecolabel, qui garantit le respect de critères stricts pour les matières premières, la qualité et les directives écologiques. Les bougies étant fabriquées avec de l’énergie renouvelable, nos produits portent également le label Green Energy », souligne Alain Balthasar avec fierté.

Tout feu tout flamme pour la qualité
De nos jours, Balthasar produit encore 25 % des bougies vendues en Suisse à Hochdorf dans le canton de Lucerne. Cette production est rentable notamment grâce à une forte automatisation, gage de flexibilité. Grâce à cela, Balthasar peut s’adapter très rapidement aux couleurs en vogue ou aux souhaits individuels des commerces. Chaque année, près de 20 millions de bougies quittent le site de production local, soit plus de cinq bougies par ménage suisse. Une entreprise partenaire en République tchèque, qui produit presque exclusivement pour Balthasar, livre des quantités supplémentaires considérables. Le respect des normes de qualité des bougies produites par l’entreprise et achetées à l’externe fait l’objet de contrôles rigoureux au sein du laboratoire interne. Le plus captivant dans l’histoire est qu’une bougie est toujours une interaction entre le combustible et la mèche. Une mèche est bien plus qu’une simple ficelle. Elle est faite de coton, tressée de façon asymétrique, doit se courber de manière optimale pendant le processus de combustion et bénéficie de plusieurs traitements au sel au cours de sa fabrication. Elle n’a pas pour mission de brûler, mais de réguler le transport de la paraffine. La recette de fabrication est aussi secrète que celle du coca-cola; seules deux à trois personnes connaissent ce secret d’entreprise.

La paraffine est entreposée dans des citernes et maintenue à température.

Impressions :

La paraffine est entreposée dans des citernes et maintenue à température.

La paraffine est transformée en granulats qui seront ensuite comprimés pour obtenir la forme souhaitée et teintés.

Impressions :

La paraffine est transformée en granulats qui seront ensuite comprimés pour obtenir la forme souhaitée et teintés.

Chaque producteur de mèches veille jalousement sur ses recettes secrètes. Balthasar collabore avec fabricants allemands.

Impressions :

Chaque producteur de mèches veille jalousement sur ses recettes secrètes. Balthasar collabore avec fabricants allemands.

Logo RAL et pictogrammes
Parce que les fabricants de bougies ne sont pas organisés en associations en Suisse (contrairement à ce qui se fait en Europe), la société Balthasar, en tant que membre de la SNV, est directement intégrée au travail du comité technique. Le label de qualité RAL utilisé a initialement vu le jour en Allemagne. Les règlementations RAL ont représenté une base excellente pour le développement des normes européennes. En fonction du domaine d’activité, les différents pays apportent une forte contribution. Dans le secteur des bougies parfumées, la France et l’Italie arrivent en tête, alors que dans d’autres domaines ce sont les pays scandinaves et l’Allemagne qui sont le mieux représentés. Les normes sont définies pour trois domaines principaux : l’aspect extérieur de la bougie, l’étiquetage de la bougie et la quantité de suie produite pendant la combustion. « Il ne faut pas oublier que vendre une bougie revient à vendre une flamme nue », souligne Dominik Durka pour insister sur l’importance des normes. Avez-vous déjà lu attentivement les consignes présentes sur l’emballage d’une bougie ? De nombreux pictogrammes communiquent simplement et rapidement les informations d’utilisation et les avertissements de sécurité : ne jamais laisser une bougie allumée sans surveillance, respecter une distance minimale entre deux bougies, conserver une longueur de mèche déterminée en la raccourcissant au besoin, utiliser un type de bougeoir spécifique selon la bougie, etc. Au sein du comité, un groupe est exclusivement chargé de l’élaboration de ces pictogrammes. Les normes ne sont pas gravées dans le marbre et sont constamment adaptées à la pratique. Les bougies à chauffe-plat en sont la parfaite illustration : il y a quelque temps, les producteurs les plus inventifs ont tenté de mettre au point des combines pour diminuer les coûts de production afin d’accroître leur marge. Résultat : les bougies à chauffe-plat n’éclairaient quasiment plus et ont entraîné la colère des consommateurs. Les normes ont été modifiées et la hauteur de flamme est aujourd’hui fixée à un minimum de 14 mm. Les bougies à chauffe-plat se déclinent en trois niveaux de qualité. Le niveau le plus élevé génère également de la chaleur qui peut faire fondre du fromage dans un petit four à raclette ou maintenir au chaud les plats servis à table au restaurant. « Pour chaque série produite ou quantité achetée, nous contrôlons trois bougies sous toutes les coutures. Nous avons ainsi la certitude que nous proposons une qualité irréprochable en magasin. En outre, chaque année, un contrôleur RAL indépendant de la société DEKRA (Stuttgart) nous rend visite et effectue des contrôles. Ce n’est qu’après un contrôle réussi que nous recevons le label de qualité RAL pour une année supplémentaire », commente Dominik Durka.

Station d’emballage pour la protection des bougies.

Impressions :

Station d’emballage pour la protection des bougies.

Test d’émission de suie dans le centre de compétences interne.

Impressions :

Test d’émission de suie dans le centre de compétences interne.

De nombreux pictogrammes communiquent les consignes d’utilisation et avertissements essentiels.

Impressions :

De nombreux pictogrammes communiquent les consignes d’utilisation et avertissements essentiels.

Au pays des passionnés de bougies
En Suisse, la bougie est un élément culturel à part entière. « Les bougies nous accompagnent de la naissance à la mort », ajoute Alain Balthasar. Et de poursuivre : « Autrefois, les bougies étaient une nécessité et il n’existait même pas de mot spécifique pour cet objet. On les désignait simplement par le terme de lumière. » La bougie à la paraffine que nous connaissons aujourd’hui est produite depuis 1850. La Suisse se positionne régulièrement parmi les cinq pays d’Europe consommant le plus de bougies. Les différences culturelles dans l’utilisation de bougies n’ont cessé d’engendrer des discussions au sein du comité de normalisation, comme cela est le cas pour la durée d’extinction de la mèche. L’Allemagne estime qu’une durée de cinq à dix secondes est suffisante, tandis que la France, pays où les habitants utilisent de très grandes quantités de bougies parfumées, juge que 20 secondes sont raisonnables. Comme dans tous les comités de normalisation, une capacité de négociation et un pragmatisme sont requis ici aussi afin de définir des normes optimales.
Aujourd’hui, il existe en Suisse environ dix fabricants de bougies et il est peu surprenant de constater qu’ils sont en grande partie implantés dans les cantons dont le passé est fortement empreint de religion. Toutefois, les événements religieux ne sont pas les seuls à être liés aux bougies puisque ces dernières sont également indissociables de manifestations quotidiennes et festives telles que les baptêmes, les anniversaires, Noël, les mariages, les fêtes et les décorations de tombes. « Nous fabriquons un produit placé sous le signe de l’émotion qui s’avère à la fois utile à notre clientèle dans les situations de vie les plus variées, mais qui enrichit aussi de nombreux moments de la sphère privée ou qui crée une atmosphère unique », insiste Alain Balthasar.

L’incontournable association du blanc et du rouge
C’est lors du 1er dimanche de l’avent que la demande en bougies est incontestablement la plus élevée en Suisse : beaucoup de ménages ont alors besoin de quatre bougies assorties. Avez-vous d’ores et déjà sélectionné la couleur de vos bougies ? « En dehors de toute considération sur les coloris tendance, l’association classique du rouge et du blanc est toujours fort appréciée par la population suisse. Le vieux rose est une couleur en vogue ». Peu importe la manière dont vous décorerez votre domicile cette année, vous trouverez à coup sûr ce qu’il vous faut chez Balthasar, dont les couleurs se comptent par dizaines – sans oublier que les dépôts sont pleins : Noël n’a qu’à bien se tenir.

Les dépôts sont pleins ; la demande accrue en période de Noël ne sera donc pas un problème.

Impressions :

Les dépôts sont pleins ; la demande accrue en période de Noël ne sera donc pas un problème.

Les résidus de bougies sont de nouveau fondus ou transformés en allume-feu.

Impressions :

Les résidus de bougies sont de nouveau fondus ou transformés en allume-feu.

Dans le magasin phare à Hochdorf, on trouve, outre les bougies produites par l'entreprise, des articles de maison autour de la bougie.

Impressions :

Dans le magasin phare à Hochdorf, on trouve, outre les bougies produites par l'entreprise, des articles de maison autour de la bougie.

Conseils de pros pour la période de l’avent

Les deux conseils de pros essentiels pour une belle combustion des bougies sont

  • d’éviter les courants d’air
  • de nettoyer régulièrement le socle (c’est-à-dire toujours retirer les restes d’allumettes, les aiguilles de sapin et les insectes)
Balthasar

Fondée en 1939, la société Balthasar emploie près de 80 collaborateurs et fabrique des produits pour les secteurs de l’habitation et du bien-être. Sa principale compétence est la production de bougies de qualité, dont près de 2500 tonnes quittent chaque année le site de production de Hochdorf pour être vendues chez les détaillants suisses. Cette entreprise traditionnelle originaire du Seetal est le numéro un en Suisse dans son secteur. Elle est dirigée par la famille qui l’a fondée depuis trois générations. Depuis l’automne 2020, Balthasar commercialise ses produits en ligne également (balthasar.ch ) et dans son magasin de 500 m2 à Hochdorf.

Alain Balthasar, membre de la direction et du conseil d’administration – Directeur général de Balthasar + Co. AG

Après avoir étudié l’économie à l’université de Fribourg, il travaille au poste de responsable régional des ventes chez ALDI Suisse. Aujourd’hui père de jumeaux, il dirige Balthasar + Co. AG en tant que CEO de la troisième génération. L’entreprise traditionnelle promeut une philosophie du travail moderne : Alain consacre donc son vendredi après-midi à sa famille. Son credo est « Ne pas avancer, c’est reculer ».

Membre de la direction et du conseil d’administration – Directeur général de Balthasar + Co. AG

Alain Balthasar

Membre de la direction et du conseil d’administration – Directeur général de Balthasar + Co. AG

Dominik Durka, responsable de la qualité, centre de compétences des bougies

Il occupe les fonctions de responsable de la qualité chez Balthasar. Ce chimiste diplômé, qui a quitté SR Technics il y a plus de dix ans pour travailler chez Balthasar, est fasciné par la diversité des tâches liées à l’univers de la bougie et s’efforce, avec son équipe du centre de compétences, d’atteindre un niveau de qualité irréprochable.

SI_Pfeil_recht_weiss
Veuillez calculer 8 plus 8.

Nous traitons vos données de manière confidentielle et nous les utilisons uniquement pour répondre à votre demande. Vous trouverez des informations sur la manière dont nous traitons vos données dans notre Déclaration de confidentialité.

Retour en haut
Langues disponibles