19.12.2022 // Actualités générales

Principes directeurs du net zéro

Atelier ISO international pour la protection du climat

L’Organisation internationale de normalisation ISO a publié les « IWA 42:2022 Net zero guidelines » à l’occasion de la Conférence sur le climat COP 27 de cette année. Plus de 1200 experts de 100 pays ont élaboré les documents visant à la définition du net zéro dans le cadre d’un atelier ISO. Claude-Alain Roulet, un expert suisse en physique du bâtiment, y a participé et donne ses impressions.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre à l’aide des normes
Les principes directeurs du net zéro ont été mandatés par « Our 2050 World ». Cette organisation internationale a pour objectif de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et d’atteindre le net zéro au plus tard en 2050, à l’aide des normes. L’IWA doit apporter une contribution efficace aux efforts déployés à l’échelle mondiale. C’est pourquoi l’Association Suisse de Normalisation (SNV) a appelé à participer à l’élaboration des accords d’atelier dans un article en juin 2022. 18 experts suisses y ont pris part. L’un d’entre eux est Claude-Alain Roulet.

Un physicien engagé à la retraite
Claude-Alain Roulet a travaillé en tant que physicien à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans le laboratoire de recherche pour l’énergie solaire et la physique du bâtiment. Son dernier projet « Indo-Swiss Building Energy Efficiency Project (BEEP) » était un projet de coopération bilatéral entre le ministère de l’énergie du gouvernement indien et le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Malgré sa retraite, il continue à travailler en tant que conseiller privé dans le domaine de la physique du bâtiment.

Que dit l’expert en normalisation sur l’IWA 42 ?
Claude-Alain Roulet est un expert chevronné en normalisation. Il a fait partie de comités de normalisation de l’ISO et du CEN et était également représenté dans différents comités nationaux. Son domaine de recherche englobe l’énergie dans les bâtiments ainsi que les bâtiments « zéro énergie ».

Voici ce qu’il rapporte sur le déroulement des travaux liés à l’IWA 42 : « Après l’inscription, j’ai reçu une première ébauche par e-mail et j’ai apporté mes commentaires sur le projet. Une partie d’entre eux ont été acceptés et j’ai reçu des explications satisfaisantes sur ceux qui n’ont pas retenus. » L’un de ses commentaires signalait que plusieurs gaz à effet de serre ne contiennent pas de carbone, ce pourquoi « carbone » n’est pas un bon terme pour les gaz à effet de serre. Ce commentaire a été pris en compte dans l’ébauche définitive. Claude-Alain Roulet n’a pas participé aux ateliers virtuels.

À la question de savoir comment il évalue l’utilisation d’un document international sur le net zéro, il répond : « À mon avis, le principal avantage réside dans le fait qu’il existe des définitions communes des concepts et des domaines d’application communs définis précisément. Un autre avantage est le fait que toutes les émissions de gaz à effet de serre, aussi bien directes qu’indirectes, doivent être prises en compte. » Mais en sa qualité d’expert, il lui tenait aussi à cœur de participer aux réunions avec une voix critique. Il remet en cause la question de savoir si l’output élaboré en théorie peut être appliqué sans problème dans la pratique par les organisations.

Afin de réagir à la crise du climat mondiale, l’Association Suisse de Normalisation (SNV) propose le téléchargement gratuit de l’IWA.

Les avantages d’un accord d’atelier ISO
Afin de pouvoir réagir rapidement aux besoins du marché, l’ISO publie les « IWA ». Il s’agit de documents de consensus qui ne passent pas le processus de développement complet des normes ISO classiques. Des groupes d’intérêt peuvent s’impliquer directement à l’ISO et ne doivent pas faire partie d’une délégation nationale. En outre, contrairement à une norme ISO, un IWA n’a pas besoin d’une majorité des deux tiers pour être adopté. Cela permet de pouvoir publier plus rapidement les IWA ; le temps de développement est fixé à moins d’un an. Les IWA ont une durée maximum de six ans, ensuite, ils sont soit retirés, soit transformés dans un autre document ISO.

Votre contact pour plus d'informations :
David Schaltegger, , Tél : +41 52 224 54 23

Informations complémentaires :
ISO | IWA 42:2022
ISO | Accords internationaux d’atelier

Retour à la vue d'ensemble

Quelle est la somme de 1 et 8 ?

Nous traitons vos données de manière confidentielle et nous les utilisons uniquement pour répondre à votre demande. Vous trouverez des informations sur la manière dont nous traitons vos données dans notre Déclaration de confidentialité.

Retour en haut
Langues disponibles