28.11.2022 // Actualités générales

« Young Professionals » de la normalisation européenne

2022 est l’année européenne de la jeunesse. L’occasion pour le CEN et CENELEC de mener une série d’entretiens visant à présenter les jeunes spécialistes de la normalisation européenne. Parmi eux, Lilian Fehlmann, membre de la direction de la SNV, s’est prêtée à l’exercice.

Commençons par une présentation. Dans quelle mesure vous impliquez-vous dans la normalisation ?
J’ai 33 ans et viens de Suisse. Après avoir étudié les sciences agroalimentaires à l’EPF de Zurich et décroché un master en technologie des procédés agroalimentaires, j’ai obtenu mon poste actuel de spécialiste des procédés chez Nestlé. En ma qualité de représentante de l’industrie agroalimentaire, je suis également membre de la direction de l’Association suisse de normalisation (SNV). Cette élection a été un grand honneur pour moi et je me réjouis de contribuer à la normalisation de l’industrie agroalimentaire.

D’où vous vient cet intérêt pour la normalisation ?
Dans mon travail, il est essentiel de fabriquer des produits irréprochables et la sécurité alimentaire est toujours une priorité absolue. De plus, le produit doit être neutre en carbone, durable et efficace sur le plan énergétique tout en contribuant au commerce équitable. C’est ainsi que j’ai commencé à m’intéresser à la normalisation, car les normes nous fournissent un outil efficace pour définir et contrôler les niveaux de qualité appropriés et les bonnes pratiques. Elles facilitent donc notre travail dans une jungle complexe de réglementations et d’exigences. J’ai alors pris la décision de contribuer à la définition de normes.

Quelle est la plus-value de la normalisation pour les utilisateurs et les auteurs des normes ?
Je pense que la normalisation a pour valeur ajoutée décisive de constituer un bon outil de mise en réseau des professionnels, des entreprises et des secteurs, en contribuant en outre à l’échange mutuel de bonnes pratiques. Si chaque entreprise définissait ses propres normes sans se concerter avec les autres, celles-ci seraient dépourvues de valeur. Très vite, elles ne correspondraient plus à l’état actuel de la technique. A l’inverse, la normalisation offre un forum permettant d’échanger des points de vue et d’apprendre les uns des autres, car la collaboration est toujours la clef de l’amélioration. Si l’on s’assure en plus que toutes les entreprises appliquent les mêmes normes et adoptent les mêmes pratiques, on apporte plus de clarté, tout en renforçant la confiance dans le marché.

Avez-vous ou avez-vous eu un modèle ou un mentor dans le domaine de la normalisation ? Quel est le plus précieux conseil que vous avez reçu ?
Je n’ai pas de mentor en particulier : tous les travailleurs de la SNV m’ont ouvert les yeux sur l’efficacité des normes. Grâce à eux, j’ai appris que même dans un petit pays comme la Suisse, tout le monde peut participer aux discussions et contribuer à l’élaboration de meilleures normes.

Pourquoi faut-il plus de jeunes dans la normalisation ?
Les jeunes ont grandi avec des appareils numériques et vivent dans un monde entièrement numérique. Nous sommes habitués aux bouleversements quotidiens, nous sommes flexibles et nous nous adaptons rapidement aux changements de circonstances. Cela nous permet d’apporter un vent nouveau et un regard neuf. L’implication des jeunes dans les processus de normalisation est par ailleurs un investissement sur l’avenir, car ils sont les leaders de demain dans le domaine de la normalisation. Nous ne devons pour autant pas oublier que la valeur des normes tient à la diversité du système : chacun a son importance dans la conception de ces normes, quel que soit l’âge.

La campagne dans son ensemble est disponible ici. Découvrez également les autres entretiens avec les jeunes talents du domaine de la normalisation.

Votre contact pour plus d'informations :
Lea Leibundgut, , Tél : +41 52 224 54 21

Lilian Fehlmann
Elle a étudié les sciences agroalimentaires à l’ETH de Zurich et obtenu son master en technologie des procédés agroalimentaires. Elle travaille chez Nestlé comme spécialiste des procédés. En sa qualité de représentante de l’industrie agroalimentaire, elle est également membre de la direction de l’Association suisse de normalisation (SNV).

Lilian Fehlmann

Elle a étudié les sciences agroalimentaires à l’ETH de Zurich et obtenu son master en technologie des procédés agroalimentaires. Elle travaille chez Nestlé comme spécialiste des procédés. En sa qualité de représentante de l’industrie agroalimentaire, elle est également membre de la direction de l’Association suisse de normalisation (SNV).

Retour à la vue d'ensemble

Veuillez calculer 1 plus 1.

Nous traitons vos données de manière confidentielle et nous les utilisons uniquement pour répondre à votre demande. Vous trouverez des informations sur la manière dont nous traitons vos données dans notre Déclaration de confidentialité.

Retour en haut
Langues disponibles