• SNV
  • Histoire 3

Histoire SNV #3 : L’économie circulaire sur toutes les lèvres

L’ISO est au cœur de l’actualité sur les thèmes les plus variés et a souvent une longueur d’avance sur les gouvernements. Les normes sont créées de manière pragmatique là où les conditions-cadres politiques se font attendre. Les groupes de travail internationaux puisent dans un potentiel quasiment illimité de connaissances théoriques et pratiques, comme c’est le cas dans le domaine de l’économie circulaire. Le comité technique ISO/TC 323 publiera début 2024 un ensemble ambitieux réunissant trois normes. Nous nous sommes entretenus avec René Wasmer, président du comité de normalisation suisse INB/NK 174 « Environnement et durabilité » et co-créateur de cet ensemble de normes.

Dans quel but le comité technique ISO « ISO/TC 323 Economie circulaire » a-t-il été créé ?
Dans le domaine de l’environnement, les enjeux sont multiples, à commencer par la protection du climat jusqu’à la biodiversité, en passant par la biodiversité. Il s’agit non seulement de contenus spécialisés, mais aussi d’équité entre les régions ou les générations. Au bout du compte, il s’agit de changer les comportements dans la production, la consommation ou les investissements afin que nous atteignions ensemble les objectifs climatiques fixés. Les ressources sont limitées et seule une gestion responsable de celles-ci conservera ce que nous avons de précieux. L’économie circulaire place la préservation et la multiplication des valeurs au cœur des préoccupations. Fondé en 2018, l’ISO/TC 323 a commencé son travail en 2019. Les standards devant être élaborés dans l’ensemble de normes apportent également une contribution essentielle aux objectifs de développement durable des Nations Unies. Actuellement, 71 Etats membres travaillent activement au sein de l’ISO/TC 323, 14 en tant qu’observateurs et huit projets de normalisation sont en cours de développement.

Comment se présente le travail concret et qui y participe ?
Comme le comité est encore très récent, il a tout d’abord fallu construire les bases. Le travail a démarré avec un ensemble de normes comprenant trois standards :


Les contenus des trois ensembles étant étroitement liés, ils sont élaborés en parallèle. Le fait que tous les pays déterminants y participent est un signe particulièrement positif. La norme ne sera crédible et efficace que si tous les acteurs et régions compétents ont voix au chapitre et donnent leur consentement. L’équipe de 47 experts du comité de normalisation INB/NK 174 « Environnement et durabilité » a été chargée par la SNV de prendre la direction de la participation suisse au groupe d’experts ISO TC323.

Que fait la norme ISO 59004 ?
Ce document normatif définit les termes principaux, fixe les principes de l’économie circulaire et crée des lignes directrices sur la manière dont l’économie circulaire peut être introduite et utilisée dans l’économie tout au long de la chaîne de création de valeur. Pendant trois ans, des débats parfois houleux ont permis d’aboutir à un consensus. Le contenu technique de la norme est au point. Il s’agit maintenant d’apporter la touche finale de manière à ce que l’utilisateur puisse en tirer le meilleur parti.

Lors de l’élaboration de telles bases, part-on de zéro ?
Non, bien au contraire. Il se peut que le thème de l’économie circulaire n’ait été perçu que récemment dans l’opinion publique, mais ce sujet est loin d’être nouveau. L’EPF, par exemple, a publié des travaux à ce sujet il y a plus de 20 ans. Les connaissances mondiales ne manquent pas. La tâche herculéenne consiste surtout à les regrouper sous forme de norme internationale et à atteindre un consensus parmi les expertes et experts. Les groupes de travail détiennent un mélange équilibré de savoir théorique et de connaissances de projet intersectorielles acquises au fil des ans. Les gouvernements du monde entier et la Banque mondiale financent des projets d’économie circulaire depuis plusieurs années déjà. Les expériences qui en découlent sont intégrées directement dans le travail de normalisation. De même, de nombreuses parties prenantes pertinentes ont été impliquées dès le début, comme les experts du « World Business Council for Sustainable Development » ou de la fondation « Ellen MacArthur Foundation ». La fondatrice de cette dernière a battu le record du tour du monde à la voile en solitaire en 2005. Riche de toutes ces expériences de voyage, elle a fondé la Ellen MacArthur Foundation afin d’accélérer le passage à une économie circulaire.

Comment la norme ISO 59020 mesure-t-elle la circularité ?
La mesure doit être judicieuse et fiable dans le contexte donné. Il n’y a pas de solution universelle. Des indicateurs clés ont été rassemblés avec beaucoup de soin dans la norme ISO 59020 sous forme de tableaux clairs et faciles à lire. Ainsi, les utilisatrices et utilisateurs reçoivent des directives claires et des prescriptions conceptuelles sur la manière de mettre en place la circularité au sein de leur entreprise en se basant sur une compréhension claire du système. Ils prennent ainsi de bonnes décisions stratégiques et ne s’exposent pas au risque d’écoblanchiment dans leur communication.

Parlons de l’applicabilité des normes. Comment peut-on la garantir ?
Le groupe de travail ISO 59020 réunit des représentantes et représentants disposant de connaissances techniques pointues et d’une vaste expérience pratique. Ils s’assurent que le langage utilisé soit facile à lire et que les recommandations d’action puissent être mises en œuvre de manière pratique. Par ailleurs, nous intégrons également en Suisse des représentants de l’industrie, car l’intérêt porté à ce thème est nettement perceptible. La présence de conseillères et conseillers expérimentés et compétents dans le groupe de travail suisse constitue un avantage supplémentaire. Ceux-ci diffusent l’ensemble de normes et son importance dans le monde économique.

Selon vous, pourquoi les entreprises devraient-elles pratiquer l’économie circulaire et comment l’ensemble de normes les y aide-t-il ?
Je vois trois raisons principales pour les entreprises :

  • Responsabilité des entreprises vis-à-vis des défis sociaux
  • Responsabilité des coûts et réussite économique
  • Innovation et utilisation du progrès technologique


Cela requiert une bonne prise de conscience du thème de l’économie circulaire, de sa pertinence et de ses opportunités pour l’utilité productive au sein de l’entreprise. L’ensemble de normes ISO est le point de départ optimal pour relever les défis, procéder de manière systématique, profiter des expériences et atteindre plus rapidement les résultats attendus. La conscience environnementale générale est bien ancrée dans l’économie suisse. Ces dernières années, les entreprises ont de plus en plus renforcé leurs équipes en matière de durabilité, les ont amenées au niveau de connaissances actuel et font avancer des projets. Cela est de bon augure. Cependant, il est nécessaire d’accélérer le rythme en comparaison avec l’étranger. Sur ce point, j’attends encore plus d’engagement de la part du régulateur, par exemple sous forme de sensibilisation, de génération d’avantages, de soutien à l’action et d’incitations à agir.

L’ensemble de normes sera disponible à partir de l’année prochaine. Quelles sont les prochaines étapes ?
Oui, la publication définitive aura lieu en février 2024. Le contenu technique est déjà disponible en tant qu’ébauche et devrait être utilisé dès maintenant. Le signal de départ de l’actualisation du plan commercial stratégique de l’ISO/TC 323 a été donné à Kigali en septembre 2022. Ce travail montrera la voie à suivre pour que le travail de normalisation se poursuive et s’oriente davantage sur les besoins des acteurs, en complément des projets existants. Pour résumer, je table sur une future possibilité de certification, avec des normes spécifiques aux secteurs et des normes relatives à des méthodes de soutien ou à des directives thématiques. Par exemple, un guide qui décrit la conception circulaire sur tout le cycle de vie.

Quels sont vos souhaits pour l’avenir de l’économie circulaire en Suisse ?
L’économie circulaire et l’entrepreneuriat durable ne sont pas seulement une nécessité, mais bien plus une opportunité pour les entreprises. Les conditions-cadres politiques sous forme de stratégies et d’objectifs mesurables, d’incitations, de communication de soutien, de programmes de subventions spécifiques, de réglementations, d’utilisation de directives dans les marchés publics et les infrastructures, de certifications et de labels, de données et de statistiques pour mesurer les progrès, de compatibilité avec les développements de l’Union européenne, etc. devraient devenir plus parlantes et plus concrètes. De plus, les investissements durables doivent continuer à être encouragés et utilisés afin que la Suisse puisse endosser un rôle de leader.

Profil ISO/DIS 59004 – Circular Economy – Terminology, Principles and Guidance for Implementation

Lancement : 2019
Contenu : environ 40 pages avec 7 paragraphes et 6 annexes
Donne une compréhension de base commune de l’économie circulaire et de sa mise en œuvre
Champ d’action : international
Pays participants : représentants d’Europe, d’Amérique, d’Asie et d’Afrique
Comité technique : ISO/TC 323 Economie circulaire
Tendance mondiale : ISO Trendreport > Environment
Statut : 40.00 DIS déposé (projet de norme international)
Lancement prévu : février 2024

Profil ISO/DIS 59010 – Circular Economy – Guidance on the transition of business models and value networks

Lancement : 2019
Contenu : environ 34 pages, 8 paragraphes, 1 annexe
Contient des directives pour le transfert de modèles commerciaux et de réseaux de valeurs de linéaires à circulaires
Champ d’action : international
Pays participants : représentants d’Europe, d’Amérique, d’Asie et d’Afrique
Comité technique : ISO/TC 323 Economie circulaire
Tendance mondiale : ISO Trendreport > Environment
Statut : 40.00 DIS déposé (projet de norme international)
Lancement prévu : février 2024

Profil ISO/DIS 59020 – Circular Economy – Measuring and assessing circularity

Lancement : 2019
Contenu : environ 35 pages avec 8 paragraphes et 8 annexes
Fixe le cadre pour la mesure et l’évaluation de la circularité
Champ d’action : international
Pays participants : représentants d’Europe, d’Amérique, d’Asie et d’Afrique.
Comité technique : ISO/TC 323 Economie circulaire
Tendance mondiale : ISO Trendreport > Environment
Statut : 40.00 DIS déposé (projet de norme international)
Lancement prévu : février 2024

René Wasmer

Il apporte plus de 30 ans d’expérience dans le domaine de la durabilité et de l’univers de la normalisation et dirige aujourd’hui sa propre entreprise de conseil. Dans ses fonctions antérieures, il a notamment été responsable chez SQS du développement et de l’exploitation du programme de certification pour la série de normes ISO 14000 ainsi que de la propre durabilité de la SQS. Il a été le directeur adjoint de la SQS, l’Association Suisse pour Systèmes de Qualité et de Management. Après son départ à la retraite, il s’est engagé pour les questions de durabilité et est depuis 2019 le président de l’INB/NK 174 « Environnement et durabilité », qui comprend plusieurs sous-comités (UK 207 Management environnemental/UK 322 Finance durable/UK 323 Economie circulaire/CE 331 Biodiversité/CE Développement durable dans l’organisation d’évènements). René Wasmer est ingénieur d’exploitation et titulaire d’un Executive MBA de l’Université de Saint-Gall.

René Wasmer est ingénieur d’exploitation et titulaire d’un Executive MBA de l’Université de Saint-Gall. Après son départ à la retraite, il s’est engagé pour les questions de durabilité et est depuis 2019 le président de l’INB/NK 174 « Environnement et durabilité ».

René Wasmer est ingénieur d’exploitation et titulaire d’un Executive MBA de l’Université de Saint-Gall. Après son départ à la retraite, il s’est engagé pour les questions de durabilité et est depuis 2019 le président de l’INB/NK 174 « Environnement et durabilité ».

Veuillez calculer 4 plus 7.

Nous traitons vos données de manière confidentielle et nous les utilisons uniquement pour répondre à votre demande. Vous trouverez des informations sur la manière dont nous traitons vos données dans notre Déclaration de confidentialité.

Retour en haut
Langues disponibles