• Histoire 10

Histoire SNV #10 : les tissus dont sont faits les rêves et plus encore

Portrait de l'expert en normalisation Dr. Anne Bonhoff

Anne Bonhoff est chimiste en chef chez UL Retail & Industry. Experte reconnue dans le domaine des polluants, de la toxicologie, des questions environnementales, des tendances écologiques et de la législation, elle développe des solutions sur mesure pour la gestion des produits chimiques et la durabilité tout au long de la chaîne d’approvisionnement. UL est l’un des principales entreprises internationales de contrôle et de certification et emploie plus de 14 000 collaborateurs partout dans le monde. Anne Bonhoff travaille en tant qu’experte dans les groupes de travail CEN/TC 248 WG 26 (Textiles – procédures pour déterminer les substances interdites par la Commission européenne) et ISO/TC 38 WG 22 (Textiles – composition et essais chimiques). La SNV s’est entretenue avec elle sur le travail riche et passionnant des comités.

Légende d’illustration : Anne Bonhoff, experte en matière de
normes dans le domaine des textiles et du cuir depuis 2004

SNV : Le travail de normalisation peut-il être intéressant ?
Anne Bonhoff : Ce qui me fascine, c’est que les sujets ne sont jamais épuisés et que la science peut apporter de nombreux aspects créatifs. Il existe toujours de nouvelles méthodes et de nouveaux développements qui ont un impact considérable au niveau de la normalisation, mais également dans d’autres organismes.

SNV : Pourriez-vous nous fournir un exemple ?
Anne Bonhoff : Lorsque nous lavons nos vêtements en fibres chimiques telles que le polyester, le polyamide (nylon) et d’autres matières, d’infimes fibres plastiques, des microfibres, se détachent et se retrouvent dans les eaux usées. Ces microfibres, qui mesurent moins de 5 mm et ne sont pas biodégradables, sont appelées microplastiques. Les stations d’épuration ne pouvant pas filtrer tous les microplastiques, certains se retrouvent dans nos eaux. Ils peuvent y être absorbés par des organismes vivant dans l’eau et se retrouver ainsi dans la chaîne alimentaire.

Des représentants d’organismes de normalisation au Japon et en Italie ont lancé des processus de normalisation dans le domaine de microfibres – les microplastiques issus des textiles. Nous en sommes aux prémices et je suis ravie de collaborer aux objectifs communs. Ce sujet est très actuel et pour moi très intéressant. L’objectif de ce travail est de trouver un consensus à l’échelle internationale pour mesurer à l’avenir les microfibres dans les eaux usées.

Les résultats obtenus avec cette norme permettent aux fabricants d’articles en textiles de choisir judicieusement des matières libérant moins de microfibres au lavage. Par ailleurs, cette norme pourrait être utilisée pour tester l’efficacité des filtres à fibres des lave-linges.

Comme vous le voyez, la normalisation entraîne un processus très dynamique, qui se développe constamment et offre de nouvelles opportunités.

SNV : Quel est l’état actuel de ce processus ?
Anne Bonhoff : Je suis nommée par la SNV comme experte pour intégrer ce groupe de travail qui s’occupera des thèmes suivants au sein du comité CEN/TC 248 :

  • Textiles et produits textiles – microplastiques issus de sources textiles.
    Partie 1 : détermination de la perte de fibres issues des tissus au lavage
  • Textiles et produits textiles – microplastiques issus de sources textiles.
    Partie 2 : évaluation qualitative et quantitative du microplastique.

Je pense que la norme sera terminée dans trois à cinq ans.

SNV : L’industrie peut-elle attendre aussi longtemps ?
Anne Bonhoff : En raison du développement continu et orienté sur les tendances dans le secteur du textile et de la mode, l’industrie ne peut attendre la norme finalisée. C’est pourquoi il existe des comités spécifiques en fonction des secteurs qui fixent quasi volontairement leur propre cadre. Ces comités se réfèrent à l’état actuel des travaux de normalisation et décident, à partir des connaissances disponibles, des règles qu’ils souhaitent déjà suivre. Je siège également dans plusieurs comités importants pour l’industrie textile, notamment le Lab Advisory Group de la ZDHC Foundation et au Laboratory Technical Advisory Committee du groupe AFIRM.

SNV : Quel est votre rôle dans les comités ?
Anne Bonhoff : L’aspect particulièrement intéressant de mon travail est de servir de lien entre ces organismes industriels et cette normalisation. J’apporte mon expérience et mon expertise, je réunis les connaissances des deux univers. En tant qu’experte, j’ai accès à un réseau passionnant d’acteurs-clés issus de l’industrie textile, mais également de toute la chaîne de création de valeur.

SNV : Vous travaillez souvent sur les polluants dans les textiles et le cuir – pouvez-vous donner un conseil à nos lecteurs pour l’achat de vêtements ?
Anne Bonhoff : Dans la mesure du possible, je lave chaque nouveau vêtement avant de le porter, sauf dans le cas d’un manteau d’hiver ou d’une veste outdoor. Pour le reste, je suis devenue plutôt stricte en raison de mon expérience dans ce domaine.

Dans le cadre de mon travail, j’ai également connu de nombreuses marques et je sais qui les produit, de sorte que, dans mes achats, je privilégie les marques qui utilisent des textiles fabriqués sans polluants. Je suis devenue nettement plus réservée quant à la consommation d’articles en textiles et en cuir.

Par ailleurs, je souhaite profiter de l’occasion pour donner un autre conseil pratique : je ne vide jamais le filtre à peluches de mon lave-linge et de mon sèche-linge dans l’évier, je jette les peluches accumulées dans la poubelle. Dans le cas contraire, les fibres retenues par le filtre se retrouvent dans les eaux usées.

Légende d’illustration : Dr. Anne Bonhoff recommande, lors de l'achat de vêtements, préférez les marques qui utilisent des textiles produits sans substances nocives.

AFIRM Group

Fondé en 2004, le groupe Apparel and Footwear International RSL Management (AFIRM) est une organisation réunissant des marques d’entreprises d’habillement et de chaussures qui s’engagent ensemble pour la promotion de la gestion des produits chimiques tout au long de la chaîne d’approvisionnement mondiale. AFIRM met l’accent sur le développement continu de la gestion des produits chimiques, incluant l’abandon progressif ou la limitation de substances à des valeurs limites définies dans les vêtements, les chaussures et les accessoires.

En savoir plus

ZDHC Foundation: Roadmap to Zero

La fondation ZDHC surveille la mise en œuvre du programme « Roadmap to Zero » et est une initiative multipartite globale à laquelle participent plus de 160 entreprises de l’industrie de l’habillement et de la chaussure. Le programme englobe l’ensemble de la chaîne de création de valeur à laquelle collaborent étroitement dans les marques globales, les fournisseurs de produits chimiques, les fabricants et d’autres organisations.

« Brands to Zero » est un regroupement de marques des textiles et d’habillement dont l’objectif est de réduire l’empreinte chimique et ainsi de contribuer à la protection de l’environnement. Les membres profitent entre autres d’une gestion durable des produits chimiques et de l’expertise venant de toute la chaîne de création de valeur.

En savoir plus

SI_Pfeil_recht_weiss
Veuillez additionner 4 et 1.

Nous traitons vos données de manière confidentielle et nous les utilisons uniquement pour répondre à votre demande. Vous trouverez des informations sur la manière dont nous traitons vos données dans notre Déclaration de confidentialité.

Retour en haut
Langues disponibles